dimanche 8 avril 2018

Chronique "Les Sœurs Carmines (T1) Le complot des corbeaux" d'Ariel Holzl #PLIB2018


Maison d'édition : Mnemos

Date de publication : 16 mars 2017

Nombre de pages : 304 pages

Genre : Urban Fantasy

Catégorie : Young Adult

Tome : 1/3

Prix : 17€

Format : Grand format

#ISBN:9782354085451

"Merryvère Carmine est une monte-en-l'air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses soeurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les moeurs sont plus que douteuses. On s'y trucide allègrement, surtout à l'heure du thé, et huit familles d'aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.

Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l'un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d'efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues..."




J’ai eu l’occasion de rencontrer Ariel Holzl, l’auteur des Sœurs Carmines, lors du salon du livre de Montreuil en décembre 2017. À l’origine, sa saga m’intriguait beaucoup et j’ai été ravie de voir qu’elle était sélectionnée pour le prix littéraire de l’imaginaire booktube, plus communément appelé PLIB, dont je fais partie en tant que jury. Je me suis donc plongée au mois de mars dans le premier tome que j’ai tout simplement adoré.

Nous suivons le personnage de Merryvère évoluant dans la ville de Grisaille en compagnie de ses deux sœurs, Tristabelle et Dolorine. Tout d’abord, je me suis attachée à ces personnages ô combien charismatiques et amusants. Merryvère a un côté un peu anti-héroïne, n’est pas très à l’aise avec les relations sociales mais est une monte-en-l’air de talent au grand courage qui n’hésite pas à s’engager dans les missions les plus périlleuses. Tristabelle est, quant à elle, froide, manipulatrice et hautaine. C’est un personnage que j’ai hâte de voir développer dans le second tome. Pour finir, j’ai passé un très bon moment avec la petite sœur de Merryvère et Tristabelle, Dolorine. Au fil des pages de son journal intime, on s’attache à ce petit brin de fille à la fois innocente et dangereuse accompagnée de sa peluche extrêmement glauque. J’ai hâte de retrouver ce trio dans la suite.

Nous sommes donc plongés à Grisaille, une ville à l’atmosphère sombre, glauque et brumeuse. L’univers inventé par Ariel Holzl me rappelle avec grand plaisir l’univers de Tim Burton. La mort est présente à chaque coin de rue, on côtoie de nombreuses créatures fantastiques, on découvre les pouvoirs dont chacun est doté. On plonge dans une ville où se mêle époque victorienne et imagination burtonienne. Pour ce qui est de l’intrigue, elle s’accorde complètement avec l’univers : absurde et étrange à prime abord mais se révélant beaucoup plus complexe par la suite. En effet, l’intrigue débute avec le vol d’une petite cuillère en argent qui lance toute la ville aux trousses de notre trio féminin. Entre guerres de clans et règlements de compte, on ne s’ennuie absolument pas ! Actions, révélations, retournements de situation, l’auteur maîtrise son histoire et on dévore les 300 pages de ce premier tome.

Pour conclure cette chronique, je suis obligée d’écrire quelques mots sur la plume de l’auteur. Ariel Holzl a une écriture savoureuse, empreinte d’humour noir et d’ironie. Il a réussit à me transporter dans son univers  grâce à sa plume travaillée et addictive !

Note : 4,5/5

3 commentaires:

  1. J'ai adoré cette histoire, j'ai très envie de me diriger sur la suite, même si par moments Tristabelle m'a enervé dans le 1. Mais je pense qu'il y a matière à beaucoup rire avec sa répartie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas sûre que l'on puisse apprécier Tristabelle ^^ mais je pense qu'il peut être très sympa à suivre vu son caractère ;) J'ai hâte de plonger dans la suite !

      Supprimer