lundi 10 juin 2019

Chronique "Madharva" de Mathieu Rivero


Ancien Casque Noir, enquêteur chevronné, hackeur sur les bords, David De Vries fait parfois de mauvais choix. Accepter de traquer les agresseurs de Madharva, la chanteuse cyborg la plus populaire du moment, entre dans cette catégorie. Se plonger au sein du conflit qui oppose transhumanistes et gardiens du corps, également. Dans le clair-obscur urbain, au milieu d'une enquête qui poussera David contre tous les murs, clignote au loin un néon : l'Art. Suivrez-vous la voix de Madharva ?


J’ai apprécié suivre David mais j’ai ressenti une certaine distance entre lui et moi. Je n’ai pas été particulièrement touché par lui. Il parle souvent de fait, agit mais décrit rarement ses émotions ou bien trop rapidement. On a donc du mal à cerner sa personnalité et à s’y attacher. Quant à Madharva, j’ai ressenti un peu la même chose, c’est un personnage qui manque d’approfondissement et qui n’a pas réussi à véritablement me toucher. 

L’intrigue est intéressante, rythmée et car pas mal d’action, un bon rythme. Cependant, elle m’a semblé trop rapide et manquait de clarté, on ne sait pas où on va et tout se résout trop rapidement. On n’a pas le temps d’être impliqué dans l’histoire. Elle aurait pu être plus recherchée, je l’ai trouvé un peu simple. 

Quant à l’univers, les idées sont originales tout comme le vocabulaire propre à l’univers, les inventions autour de notre siècle, la technologie etc. C’est un aspect qui a réussi à m’immerger dans le roman plus facilement. 

Enfin, l’écriture est quant à elle prenante, fluide et simple à lire malgré le vocabulaire spécifique. Mathieu Rivero réussit tout de même à nous emporter pour quelques pages dans son histoire. 

Note : 3/5

Aucun commentaire:

Publier un commentaire