dimanche 17 juin 2018

Chronique "Autre-Monde - Ambre" de Maxime Chattam


Maison d'édition : Le Livre de Poche

Date de publication : 9 mai 2018

Nombre de pages : 192 pages

Genre : Fantastique

Catégorie : Young-Adult / Adultes

Tome : Hors-série

Prix : 5€

Format : Poche


"Ambre Caldero vit dans un mobil-home au milieu  des bois. Sa mère n’est jamais là, préférant fuir. Son beau-père ne s’intéresse qu’au bowling. Mais elle a la lecture. Chaque page est une petite victoire  sur la réalité, chaque roman, une nouvelle vie  qui lui redonne de l’espoir. Lorsque Ambre comprend qu’elle est la seule  à s’intéresser aux étranges disparitions qui frappent Carson Mills, son meilleur allié devient son pire ennemi. L’explication de tous ces mystères serait-elle fantastique ? Ou son imagination lui jouerait-elle des tours ?"


Quand j’ai entendu parler de cette nouvelle bonus concernant l’un des personnages d’une de mes sagas préférées, j'ai tout de suite été enchantée. Ce roman est une parfaite introduction à la saga, elle ne contient absolument aucun spoiler et permet aux fans de prolonger leur aventure ainsi qu’aux novices de s’acclimater à l’ambiance de cette superbe saga.

Ambre est un personnage qui m’a beaucoup marqué dans la saga Autre-Monde mais il est vrai que nous ne savons que très peu de choses sur ce personnage et sur son passé avant la Tempête. J’ai adoré découvrir cette adolescente, ses difficultés, son isolement, son intelligence. Je me suis beaucoup identifiée à elle grâce à son lien avec la lecture, sa différence face aux autres élèves à l’école etc. On comprend mieux d’où vient la maturité d’Ambre dans la saga originale.

L’intrigue, quant à elle, est étrange, stressante, angoissante. Elle expose les prémices de la saga principale, assez pour donner envie de lire la saga sans en révéler davantage. L’action, le suspens et les retournements de situation sont au rendez-vous. Quant à la fin, je l’ai trouvé géniale !

Pour conclure, j’aime toujours autant l’écriture de Maxime Chattam. Il a une écriture prenante, addictive et fluide. J’ai ressenti de nombreuses émotions en seulement 170 pages.


Note : 4,5/5

samedi 16 juin 2018

Chronique "Harry Potter et l'enfant maudit" de J.K Rowling, John Tiffany & Jack Thorne


Maison d'édition : Folio Junior

Date de publication : 4 janvier 2018

Nombre de pages : 464 pages

Genre : Fantasy

Catégorie : Jeunesse

Tome : 8/8

Prix : Grand Format : 21 €
          Poche : 8,90 €

Format : Poche


Attention, le résumé suivant contient des spoilers sur le reste de la saga !
"La huitième histoire. Dix-neuf ans plus tard.
Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. 
Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus."



Après avoir terminé la saga Harry Potter au mois d’avril, je me suis laissé tenter par la pièce de théâtre qui est sortie depuis déjà deux ans et qui avait fait beaucoup de bruits. Finalement, je suis partagée concernant ma lecture. J’ai passé un bon moment dans l’ensemble mais quelques points m’ont gêné.

Tout d’abord, j’ai adoré retrouver l’ambiance de Poudlard. L’univers était un peu complexe à développer ici donc on ne peut s’appuyer que sur l’ambiance de la saga. Cependant, cela fait du bien comme si on retrouvait une ancienne maison. Concernant l’intrigue, elle m’a paru assez simpliste au début de la pièce mais plus on avançait dans l’histoire et plus elle s’intensifiait et devenait intéressante. Je ne me suis pas ennuyée et le fait qu’il s’agit d’une pièce de théâtre a contribué, selon moi, à rendre l’histoire prenante et fluide à lire.

On arrive à présent aux points qui m’ont gêné durant ma lecture. Le premier concerne les personnages. J’ai trouvé Harry et son fils Albus détestables. Ils n’en font qu’à leur tête, n’écoutent personne et s’infligent toutes les misères du monde sur les épaules. Je n’ai pas réussi à accrocher à leurs personnalités dans cette pièce. Quant à Ron et Hermione, ils m’ont semblé particulièrement caricaturés. J’ai eu l’impression que les auteurs avaient pris un seul trait de leur caractère pour les exploiter dans cette histoire, ce qui les rend peu intéressants. Cependant, j’ai eu un petit coup de cœur pour le personnage de Scorpius et celui de Drago Malefoy. Scorpius est un adolescent terriblement intéressant, intelligent et courageux. Quant à Drago, on le montre ici sous une facette paternelle qui lui va comme un gant. Cela le rend beaucoup plus humain que dans la saga principale.

Le deuxième point qui m’a dérangé est l’écriture. Je ne sais pas si cela est dû à la traduction mais j’ai trouvé les répliques bâclées et assez fouillis surtout concernant certains points d’explication de l’histoire. Je m’attendais à retrouver la plume si travaillée et caractéristique de J.K Rowling malgré le fait qu’il s’agisse d’une pièce de théâtre.

Note : 3,5/5  


dimanche 10 juin 2018

Chronique "La Voie des Oracles (T1) Thya" d'Estelle Faye


Maison d'édition : Scrinéo

Date de publication : 9 octobre 2014

Nombre de pages : 352 pages

Genre : Fantasy / Historique

Catégorie : Young-Adult

Tome : 1/3

Prix : Grand Format : 16,90 €
          Poche : 8,30 €

Format : Grand Format


"Thya est la fille de Gnaeus Sertor, général romain et héros de l'Empire. Mais Thya est aussi une Oracle, peut-être la dernière élue capable de démêler les fils de l'avenir. Elle est donc contrainte de se cacher en Gaule, au fin fond de la forêt d'Aquitania car, à Rome, comme partout ailleurs dans l'Empire, les chrétiens règnent en maîtres et font impitoyablement la chasse aux adorateurs des dieux anciens. Mais lorsque son père est laissé pour mort par des Pictes, Thya n'a plus d'autre solution que de fuir vers le nord pour suivre une étrange vision dans laquelle son père est toujours en vie."



J’avais hâte de me plonger dans cette saga historico-fantasy dont j’ai beaucoup entendu parler. Ce premier tome m’a surprise dans le bon sens !

Nous suivons le personnage de Thya, une jeune femme de seize ans, poursuivie à travers la Gaule par son frère. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Thya. Elle est intelligente, stratège, méfiante et forte. Elle ne se laisse pas faire et pour une fois, notre héroïne n’a pas un physique parfait. Elle ressemble à tout le monde et ça fait du bien. Concernant les personnages secondaires, j’ai apprécié le personnage d’Enoch, son passé et sa personnalité. On distingue clairement une évolution du personnage à partir du moment où il rencontre Thya.

Concernant l’intrigue, l’autrice instaure un très bon rythme à son histoire. Il y a de l’action, de la surprise et des retournements de situation. La fin est très surprenante, je ne m’y attendais absolument pas. Je ne me suis pas ennuyée, l’autrice nous fait rentrer directement dans son univers et nous l’introduit au fur et à mesure de l’histoire.

Quant à l’univers, je l’ai adoré pour son originalité. J’ai été complètement immergée dans ce monde antique. C’est la première fois que je lisais un roman traitant de la Gaule au Ve siècle. Nous sommes plongés en plein mouvement de christianisation et l’autrice nous expose ici les persécutions envers le monde celte avec ses créatures païennes et ses légendes. J’ai appris plein de choses grâce à ce premier tome !

Pour finir, l’écriture de l’autrice est fluide, travaillée, addictive et immersive. J’ai hâte de la retrouver dans la suite de la saga et dans son autre roman « Les Seigneurs de Bohen ».

Note : 4,5/5