vendredi 20 juillet 2018

Chronique "La Planète des Sept Dormants" de Gaël Aymon


Maison d'édition : Nathan

Date de publication : 14 juin 2018

Nombre de pages : 272 pages

Genre : Science-Fiction

Catégorie : Young-Adult

Tome : One-shot

Prix : 16,95 €

Format : Grand Format


"Un vaisseau naufragé, une planète inconnue, un peuple hostile : c'est le choc de deux civilisations !
Leur vaisseau endommagé, des explorateurs spatiaux se retrouvent coincés sur une planète inconnue. Lorsqu'ils découvrent les ruines d'une civilisation disparue, cela ravive l'espoir de la capitaine : cette nouvelle planète pourrait-elle être habitable ? L'équipage, lui, est profondément divisé. Vaut-il mieux prendre le risque de rester dans cet environnement désertique, ou bien repartir malgré l'état du vaisseau ? La rencontre soudaine d'un peuple d'humanoïdes primitifs qui les prend pour leurs divinités, les Sept Dormants, les place devant un choix crucial : jouer les usurpateurs ou détromper les indigènes..."


Vu les avis très négatifs que j’avais pu lire sur cette histoire, j’appréhendais ma lecture. Finalement, j’en ressors avec un avis mitigée mais pas aussi négatif que je le craignais.

Nous suivons un équipage arrivé en catastrophe sur une planète inconnue sur laquelle vit un peuple pour le moins étrange. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages de cette histoire. Tout d’abord, ils sont trop nombreux et j’ai vraiment eu du mal à retenir qui ils étaient à cause de leurs noms étranges et souvent mixtes. De plus, je pense qu’ils manquent de profondeur. Par conséquent, je n’ai pas été touchée par leurs sorts.

Du côté de l’univers, je l’ai trouvé intéressant et l’auteur exploite de bonnes idées. Cependant, il manque cruellement de développement, de profondeur et d’éclaircissement. De temps à autre, je ne comprenais pas les idées de l’auteur. Je suis ressortie de ma lecture avec de nombreuses questions sans réponses. Concernant l’intrigue, je l’ai trouvé sympa mais l’action et la surprise ne sont pas au rendez-vous. J’avais besoin de plus de suspens pour être happé par l’histoire. Le rythme, quant à lui, était un peu lent même si plutôt bien rattrapé par des chapitres courts.

Enfin, l’écriture de Gaël Aymon est travaillée et agréable à lire mais peut-être un peu trop soutenue pour un roman young-adult. J’ai trouvé que sa plume mettait de la distance entre ses personnages et  le lecteur. J’aurais aimé rencontrer sa plume dans un roman de science-fiction adulte.

Note : 2,5/5

lundi 16 juillet 2018

Chronique "Les Seigneurs de Bohen" d'Estelle Faye #PLIB2018


Maison d'édition : Critic

Date de publication : 2 mars 2017

Nombre de pages : 590 pages

Genre : Fantasy

Catégorie : Adultes

Tome : One-Shot

Prix : 25€

Format : Grand Format

#ISBN : 9791090648869

"Je vais vous raconter comment l'Empire est mort.

L'Empire de Bohen, le plus puissant jamais connu, qui tirait sa richesse du lirium, ce métal aux reflets d'étoile, que les nomades de ma steppe appellent le sang blanc du monde. Un Empire fort de dix siècles d'existence, qui dans son aveuglement se croyait éternel.

J'évoquerai pour vous les héros qui provoquèrent sa chute. Vous ne trouverez parmi eux ni grands seigneurs, ni sages conseillers, ni splendides princesses, ni nobles chevaliers... Non, je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l'escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wens, le clerc de notaire, condamné à l'enfer des mines et qui dans les ténèbres découvrit une nouvelle voie... Et de tant d'autres encore, de ceux dont le monde n'attendait rien, mais qui malgré cela y laissèrent leur empreinte.

Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra."



Après avoir lu le premier tome de la Voie des Oracles de la même autrice, je me faisais une joie de la redécouvrir cette fois-ci dans de la fantasy adulte pure et dure. Même si j’ai lu ce roman en deux semaines, j’ai tout de même passé un très bon moment !

Dans ce one-shot de fantasy, nous suivons de nombreux personnages. Nous découvrons tout d’abord la vie de nos trois protagonistes : Saint-Étoile, Maëve et Wens. De leurs aventures découlent de nouvelles rencontres qui introduisent les personnages secondaires. Le fait de suivre autant de personnages m’a fortement fait penser à Game of Thrones. Je me suis considérablement attachée à chacun de ces personnages. Ils sont tellement différents mais ont chacun un passé, une histoire ô combien touchante. Aucun ne fait défaut et l’autrice n’exploite pas de clichés. Un des points forts de ce roman est la diversité sexuelle de ces personnages. L’autrice ne se limite pas à l’hétérosexualité et ça fait du bien ! Cela apporte du réalisme et de l’humanité à la fantasy qui exploite souvent les mêmes ficelles.

Aux côtés de nos trois personnages, nous sommes plongés dans un univers approfondi, travaillé, maîtrisé et particulièrement vaste. L’autrice a crée un monde peuplé de guerres anciennes, de gloires passées, de légendes et de créatures mystiques. J’ai aimé que la place de la femme soit enfin exploitée à sa juste valeur. Nous ne sommes pas représentés telles des boniches ou des princesses apeurées mais bien comme des femmes battantes et stratèges comme le montre l’ordre des nonnes guerrières.

Malheureusement, un aspect a pêché selon moi : l’intrigue. Au fil de ces 600 pages, nous sommes confrontés à de l’action de temps à autre et une alternance de points de vue. Cependant, le rythme m’a semblé considérablement lent et on ne comprend que vers les cent dernières pages l’objectif clair de l’intrigue. J’aurais souhaité plus de rythme et de retournements de situation.

Enfin, pour conclure cette longue chronique, je souhaitais parler de l’écriture. L’autrice a un véritable talent pour me plonger dans ses histoires. Elle détient une plume travaillée, fluide et immersive. Je n’ai eu aucun mal à me plonger dans son univers grâce à ses descriptions prenantes. J’ai hâte de lire la suite de la Voie des Oracles pour retrouver sa plume enchanteresse.


Note : 4/5

vendredi 6 juillet 2018

Chronique "Jackaby" (T1) by William Ritter


Maison d'édition : Algonquin Books

Date de publication : 11 septembre 2015

Nombre de pages : 320 pages

Genre : Fantastique / Historique

Catégorie : Young Adult

Tome : 1/4

Prix : Hardback : 15,38€
          Paperback : 9,03€

Format : Paperback


"Abigail Rook, 17 ans, débarque en Amérique. La tête pleine de rêves d'ailleurs, elle espère vivre l'aventure avec un grand A. Elle fait la connaissance d'un étrange personnage, Jackaby, qui lui offre un emploi. Détective doué de facultés de médium, il est capable de voir les phénomènes surnaturels. Pour sa première mission, Abigail accompagne son nouveau patron sur les lieux d'un crime particulièrement sanglant. Jackaby soupçonne l'assassin de ne pas être humain, ce que la police refuse de croire. Mais les meurtres s'enchaînent et confirment les soupçons du détective..." 


Malgré les avis mitigés des anglophones, j’attendais beaucoup de ce roman par son résumé qui me faisait terriblement envie. Malheureusement, j’en ressors mitigée sur certains points.

J’ai aimé découvrir et suivre les deux personnages principaux : Jackaby et Abigaël. Jackaby m’a un peu fait penser à Sherlock Holmes mais en plus jeune et moins charismatique. Quant à Abigaël, c’est une jeune femme intrépide, courageuse et déterminée. Cependant, j’aurais apprécié des personnages plus développés psychologiquement.

Dans ce premier tome, nous sommes plongés à la fin du XIXe siècle dans une ville dans laquelle se déroulent des crimes pour le moins étranges. En tant qu’adepte de roman historique, j’ai apprécié ce décor pour l’enquête surnaturelle. On rencontre quelques créatures surnaturelles plutôt intéressantes au fil de notre lecture mais j’aurais souhaité plus de développement et d’originalité. Concernant l’intrigue, l’enquête était sympa à suivre avec de l’action et des surprises mais selon moi, l’histoire manquait cruellement d’intensité et de suspens. Je n’ai pas ressenti énormément de sentiments durant ma lecture.

Pour conclure cette courte chronique, je peux vous dire que l’écriture de William Ritter est fluide, simple à lire et plutôt adaptée à l’époque historique. Cependant, elle manque peut-être de travail au niveau de la profondeur. Lire la suite n’est, pour le moment, pas dans mes projets.

Note : 3/5


Fan Art du personnage de Jackaby