dimanche 9 décembre 2018

Chronique "Viens, on s'aime" de Morgane Moncomble


Maison d'édition : Hugo New Romance

Date de publication : 14 septembre 2017

Nombre de pages : 360 pages

Genre : Romance

Catégorie : Young Adult / Adulte

Tome : One-shot

Prix : Grand format : 17€
          Poche : 7,60€

Format : Grand Format


"L'amour fleurit parfois là où on ne l'attend pas.
Beaucoup s'accordent à dire que l'amitié fille-garçon n'existe pas. Et pour cause ! Lorsque Loan et Violette se sont rencontrés, ce fut un véritable coup de foudre platonique. À cette époque, Loan était en couple avec Lucie depuis quatre ans, si bien qu'il n'avait d'yeux que pour elle. Mais seulement un an plus tard, beaucoup de choses ont changé : Loan est un homme abattu depuis que sa petite-amie l'a quitté. Quant à Violette, elle commence tout juste une idylle avec le beau Clément – chose que Loan se surprend à détester. Alors quand sa meilleure amie, encore vierge, le supplie d'être son premier, il hésite. La proposition de Violette sent la mauvaise idée à plein nez... mais après tout, il ne s'agit que d'une fois. Rien qu'une. Pas vrai ?"


Cela faisait des mois que je voulais me le procurer, encouragée par les avis dithyrambiques et souhaitant soutenir cette autrice & bloggeuse que je suis depuis des années et que j’adore ! J’ai enfin mis la main à sa sortie poche et il n’a pas fait long feu dans ma PAL. Même si je ne suis pas une accro aux romances, j’ai eu un énorme COUP de COEUR pour celle-ci, à la hauteur de mon coup de cœur pour Maybe Someday de Colleen Hoover ! 

Dans ce roman, nous suivons les points de vue de Violette et Loan, deux meilleurs amis vivant en colocation avec Zoé, la meilleure amie de Violette. Tout d’abord, les personnages sont juste extrêmement touchants et réalistes. Violette est une jeune femme pipelette à l’humour étrange et à la répartie débordante qui m’a beaucoup rappelé certains de ma propre personnalité. L’autrice Morgane Moncomble apporte de la réalité à ce personnage par le biais des crises d’angoisse, qui sont plus fréquentes chez l’être humain que ce nous laisse penser l’opinion majoritaire, son anxiété face aux relations amoureuses et à sa première fois etc. Cela m’a fait du bien de voir une jeune femme courageuse mais qui détient tout de même des secrets et des failles. Loan, lui, est un garçon ô combien adorable et protecteur qui a des sentiments véritables d’amitié et d’amour envers Violette. Évidemment, on touche sous son charme et sa maturité et on a très envie de le frapper lorsqu’il ne réfléchit pas assez. 

Morgane Moncomble ne laisse pas de côté les personnages secondaires : Zoé, Jason, Ethan. Ils apportent tous leurs personnalités, leur humour et leurs moments de bonheur et d’amour dans ce roman. Ils son tous terriblement attachants à leur manière et on est triste de les quitter en tournant la dernière page. 

Comme vous l’avez sûrement deviné en lisant le résumé, qui dit romance dit relation entre Loan et Violette. J’ai été prise émotionnellement par cette relation, leur histoire et la beauté de leur amour. J’ai aimé le fait de traiter l’amitié homme/femme qui existe belle et bien et de souligner le fait qu’en amour, on peut avoir un déclic qui peut faire basculer nos sentiments à tout moment. Je suis passée par toute une palette d’émotion avec ces personnages qui m’en ont fait voir de toutes les couleurs. 

L’un des points positifs de ce roman est sa modernité et son réalisme. J’ai apprécié que l’autrice exploite et développe de nombreux sujets actuels de la société : le féminisme, la virginité, l’amitié homme/femme, les problèmes familiaux, le sexe dans sa simplicité etc. La plupart de ces thèmes sont souvent soit absents des romans de tout genre soit négligés et détournés en dérision. Les arguments qu’apporte l’autrice sur le féminisme et la virginité notamment sont intéressants et amènent à réflexion. 

Pour terminer en beauté ma chronique, je peux vous dire que Morgane Moncomble a une plume absolument addictive, fluide et travaillée. Elle gère le rythme de son roman avec succès, alternant les différents points de vue et nous assénant constamment de retournements de situation à ascenseur émotionnel. J’ai dévoré ce bouquin de 550 pages en seulement 48h, ce qui ne m’était pas arrivée depuis un long moment, je peux vous l’assurer ! 

J’espère sincèrement vous avoir donné envie de lire cette petite pépite, parfaite pour la période hivernale, enroulé dans un plaid avec une tasse de chocolat fumant. Je n’ai qu’une hâte : me jeter sur Aime-moi, je te fuis, son tout nouveau roman portant sur les personnages de Zoé et Jason. 

Note : 5/5

samedi 8 décembre 2018

Chronique "Voyage au bout de la nuit" de Louis-Ferdinand Celine


Maison d'édition : Folio

Date de publication : 16 février 1972

Nombre de pages : 505 pages

Genre : Historique / Initiatique

Catégorie : Adulte

Tome : One-shot

Prix : Grand Format : 37€
          Poche : 9,90€

Format : Poche

"Voyage au bout de la nuit est un récit dans lequel le personnage principal, Bardamu, raconte son expérience de la Première Guerre mondiale, du colonialisme en Afrique, des États-Unis de l'entre-deux guerres, et de la condition sociale en général."



Ma lecture de Voyage au bout de la Nuit a été une expérience particulière car c’est la première fois que je lis un roman de ce style-là. Cependant, j’ai passé plutôt un agréable moment !

Dans cette histoire, nous suivons le personnage de Ferdinand Bardamu, un jeune homme, notre narrateur, pendant son voyage à travers l’existence. Je ne suis pas sûre d’avoir réellement apprécié ce personnage. Nous partageons absolument toutes ses pensées pendant plus de 500 pages et je l’ai trouvé extrêmement négatif, obsédé par les femmes en plus d’être raciste, sexiste… Évidemment, il faut replacer sa personnalité dans le contexte d’écriture et de déroulement de l’histoire. Avec notre regard d’aujourd’hui, les pensées de Ferdinand nous permettent de construire un archétype de l’homme du début du XXe siècle, entre ambitions et déceptions. 

Je considère cet ouvrage comme un objet d’étude historique et littéraire plus qu’un roman contemporain. On peut difficilement adhérer aux pensées de Bardamu mais il nous permet de voyage en Afrique, aux États-Unis et derrière tout son cynisme, il nous dépeint les villes et pays de son époque avec poésie et justesse. Quant à l’intrigue, elle est remplie de longueurs ponctuée par moment de péripéties. Il s’agit plutôt d’un voyage initiatique et de découverte de soi-même plutôt qu’un roman d’aventures. L’auteur ne définit pas d’intrigue particulière, nous suivons simplement les pensées et réflexions de Bardamu à travers ses vies et ses affres. 

Ce qui m’a le plus marqué dans ma lecture est surtout l’écriture de Louis-Ferdinand Celine. Après quelques pages d’adaptation, je me suis prise au jeu de cette écriture cynique et pessimiste mais aussi authentique et prenante. C’est la première fois que je lisais ce style de plume pour le moins original ! Je ne sais pas si je lirais d’autres romans de cet auteur mais je suis tout de même contente de l’avoir découvert. 

Note : 3/5

dimanche 2 décembre 2018

Chronique "Le Pays des Contes (T5) L'Odyssée Imaginaire" de Chris Colfer


Maison d'édition : Michel Lafon

Date de publication : 8 juin 2017

Nombre de pages :

Genre : Fantastique / Réécriture de contes

Catégorie : Jeunesse

Tome : 5/6

Prix : Grand Format : 16,95€
          Poche : 7€

Format : Grand Format


"L'Homme masqué a réussi : le Pays des contes est tombé sous la coupe de sa terrible armée. Face à lui, les jumeaux Alex et Conner n'ont plus qu'une seule arme, peut-être la plus puissante : leur imagination. 
Tous deux se lancent alors à travers les histoires inventées par Conner en quête d'une armée de pirates, de cyborgs, de superhéros ou encore de momies, pour arrêter l'Homme masqué. Et même si l'adolescent est leur auteur, rien ne dit que ses personnages ne se rebifferont pas contre lui !"
J’ai lu ce roman dans le cadre du Pumpkin Autumn Challenge 2018 et j’ai adoré me replonger dans cette saga !

Nous retrouvons Alex et Conner dans des aventures inédites qui sortent de l’univers des contes de fée. Dans ce tome, on assiste à une forte évolution du personnage de Conner. Il mûrit, se trouve dans son élément et incarne un personnage plus posé et réfléchi. Il est à la hauteur de sa sœur ! Du côté des personnages secondaires, j’ai adoré la place que Chris Colfer donne à la maman des jumeaux dans ce tome. Elle est fun, maladroite mais aimante et courageuse. J’ai hâte de voir son évolution dans le prochain tome.

Pour ce qui est de l’intrigue, elle suit la lignée des tomes précédents : actions, retournements de situation, rebondissements et magie ! On ne s’ennuie pas et on souhaite connaître la fin et quelle fin ! Elle nous fait réfléchir et envisager de multiples hypothèses concernant la conclusion de cette saga. J’ai hâte d’en connaître les conséquences dans le sixième et dernier tome. Concernant l’univers, on se détache du pays des contes de fée pour découvrir d’autres histoires plus variées et modernes : super héros, pirates, cyborgs, aventuriers… J’ai trouvé que cela renouvelait l’atmosphère de la saga !

Enfin, la plume de Chris Colfer est toujours aussi travaillée et fluide. Ce cinquième tome s’est lu tout seul et est très addictif pour notre plus grand plaisir ! Je vais me plonger dans le sixième tome dans les semaines qui viennent, soyez-en sûr(e)s !

Note : 4,5/5