mercredi 11 septembre 2019

Chronique "Le dieu oiseau" d'Aurélie Wellenstein #PLIB2019



#ISBN9782367405827

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l'île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du " banquet " : une journée d'orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Enfin, la nouvelle compétition est sur le point de commencer. L'occasion pour Faolan de prendre sa revanche. Sa vengeance aura-t-elle le goût du sang ?


Je ne pense que je me serai plongée dans ce roman s’il n’avait pas été sélectionné pour le Prix Littéraire de l’Imaginaire Booktube (PLIB). Dépeint comme violent et dur psychologiquement, il sort totalement de ma zone de prédilection. Finalement, j’ai plutôt bien apprécié ma lecture même si elle est loin d’être parfaite. 

On suit le personnage de Faolan, un jeune homme réduit en esclavage depuis dix ans par le fils de l’assassin de sa famille. Devenu insensible suite à des maltraitances à répétition (viols, os cassés, lynchages etc.), son unique but est de remporter l’œuf d’or qui lui permettra de sortir de son état d’esclave. J’ai aimé suivre son personnage, torturé et perdu, mais je ne me suis pas attachée à lui à cause de son évolution. Ce n’est pas un garçon intelligent et raisonné. Sa seule pensée s’articule autour de la vengeance et le rend fou au fil du livre. Même si l’autrice a très bien développé ce personnage psychologiquement, j’aurai aimé comprendre certains de ses gestes ou de ses paroles. 

L’intrigue est, quant à elle, en dents de scie. Parfois rythmée et mouvementée, elle retombe facilement dans le plat et la longueur. L’histoire demeure tout de même prenante puisque l’on veut absolument savoir ce qui arrive à Faolan, son maître Torok et comment va s’articuler la quête dont rêve notre protagoniste. 

Concernant l’univers, j’ai beaucoup apprécié ses bases, sa mythologie mais il m’a manqué de développement. Je souhaitais vraiment en savoir plus, découvrir l’histoire de l’île où vit Faolan et de l’île de la quête. L’un des bons points est d’avoir eu la sensation de me retrouver dans Hunger Games par moments. Mais, selon moi, la fin est l’un des points faibles de l’histoire. L’autrice demeure floue sur l’avenir de Faolan et de l’île, les conséquences de ses choix etc. J’aurai apprécié plus d’explications sur le choix final de Faolan par la même occasion. 

Enfin, la plume de l’autrice est fluide et prenante, nous permettant de nous immerger dans l’histoire avec facilité. Cependant, je dois souligner quelques incohérences et des longueurs au fil de ma lecture. 

Note : 3,5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire